Fuck you lil’ babe !?

12 décembre 2007

Bon Marcel tu prends le cleps, tu mets ton manteau, on s’casse !

Publié par tinylizzie dans Lizzie est heureuse !

 

ICI

 

Qui m’aime me suive…

 

Votre attention… Ce blog s’auto-détruira le 31 décembre 2007 à minuit-zéro-zéro.

10 décembre 2007

Sans voix

Publié par tinylizzie dans Lizzie bad trip grave...

Ce matin, j’avais envie de vous raconter la périlleuse première séance photo que j’ai faite hier. Acrobatique même, rapport au fait que c’était des enfants que je devais photographier. Adorables, mais comme vous vous en doutez, turbulents les enfants. Mon premier boulot commissionné en photo en plus. Bref.

Mais là, j’avoue qu’en fait, je suis tellement sous le choc que je pense ne rien arriver à écrire de potable.

Une claque. Une méga claque même. Parce que s’il y avait un truc auquel je n’avais pas pensé, une raison de son refus d’être avec moi, que je n’avais même pas envisagé, mais alors pas du tout, c’est bien celle-là. Pourtant c’est tout con. Et je me demande même comment j’ai fait pour ne pas y songer. Là on peut dire que j’ai poussé la connerie jusqu’au bout. Oui, je suis conne, c’est définitivement un fait avéré !

Son ex. Il est retourné avec son ex ! Tout simplement.

Oh putain le coup de massue quoi.

8 décembre 2007

Game Over

Putain, mais comment j’ai pu être aussi conne !! Là, de suite, j’ai juste envie de cogner dans un mur jusqu’à ne plus sentir ma main tellement j’ai la rage ! Je sais pas, pourtant je trouve que j’ai été hyper cool ! Le mec je lui dit que j’ai des putains de sentiments pour lui ( il me recale tu penses bien, avec la chance que j’ai…) mais que vu que je n’ai pas trop le choix, je lui dis que j’accepte sa décision mais que je veux juste qu’on en parle, et qu’après, promis je ne remettrai plus le sujet sur le tapis.

1 semaine…

2 semaines…

Je reste toujours compréhensive parce que je sais qu’il est overbooké. J’arrive même à culpabiliser de le faire chier avec ça. Je lui écris un beau gros mail pour lui dire que je suis désolée, que je sais que la terre ne tourne pas autour de moi, mais que faut aussi qu’il comprenne que j’aimerais régler la situation une bonne fois pour toute, ne serait-ce que pour mon bien-être. Tu te doutes bien que je me suis excusée 12 fois au moins, conne comme je suis. Si ce n’est 13… Et quand le week-end où il revient, je lui dis que j’ai une séance photo dimanche, le seul jour qu’on avait de libre, donc c’est samedi après midi. La seule fois où c’est moi qui ait un impératif, il me répond que samedi, il ne peut pas. Alleeezzz. Je respire par le ventre. Je me dis ok, c’est possible qu’il ait prévu un truc entre temps, reste compréhensive. Mais nan il n’essaye pas d’esquiver, voyons, enlèves toi tout de suite cette idée de la tête. Alors qu’est-ce que je fais ? Je me démerde pour décaler ma séance de dimanche afin d’avoir cette fameuse discussion avant qu’il ne reparte. Logique. Enfin je sais pas, c’est la moindre des choses. Je me plie en 4 pour l’arranger lui !

Je l’appelle pour lui dire… Ah bah non, il ne peut plus, monsieur s’est organisé autrement et il rentre le midi ! Nan mais c’est du foutage de gueule !!! Même pas avoir la jugeote de me dire ok, t’as une séance photo dimanche mais je suppose qu’elle ne dure pas toute l’après midi donc on se cale 2h pour en parler avant ou après. Quand on veut, on peut merde ! Et puis c’est pas comme si il avait un tas de potes la-bas et qu’il devait impérativement rentrer le midi. Nan mais y a un moment où c’est plus possible !

Ouais, là de suite, j’ai envie de dire que je suis gavée sévère. Mais comme il faut en plus.

Ah ça, pour avoir été conne, je crois que je me suis surpassée cette fois-ci ! Penser qu’il était différent ! Ahahah la bonne blague ! Penser que moi, je pouvais enfin tomber sur quelqu’un de respectueux… Qui comprendrait.

Bah ouais mais non.

 

5 décembre 2007

Des livres nous du mal !?

Publié par tinylizzie dans Bouhh c'est mal !, Lizzie bad trip grave...

Je me rappelle celui que je tenais à la main quand il a fait le premier pas dans la cour du collège et qu’il m’a embrassé sur la joue… J’avais douze ans. « les 10 petits nègres » d’Agatha Christie. Un an plus tard, il me liait définitivement à eux pour la vie, « Le Parfum » de Patrick Süskind. Et puis il y en a un que j’ai racheté 4 fois (si si !) à force de le lire et de l’oublier partout… « La nuit des temps » de Barjavel… pour finalement me voir offrir un exemplaire de la première publication, par un ami cher.

Je m’en souviens comme si c’était hier, j’ai même pleuré dans le dernier chapitre… « Le Bal des Louves » de Mireille Calmel. « Jack l’Eventreur » de Stephane Bourgoin m’a conduit à me passionner pour l’étude comportementale des serial killers. Je n’ai d’ailleurs jamais décroché, et j’ai toujours en moi le regret de ne pas avoir fait mes études de psycho.

Ce sont les 3 tomes de « La tapisserie de Fionavar » de Guy Gavriel Kay, que ma soeur ainée m’a offert le jour de mon 24ème anniversaire. Le jour aussi où elle m’a appelé « sa soeur » pour la première fois devant des étrangers. Vous auriez du voir comment j’étais fière ! Un vrai paon ! J’ai poursuivie Béatrice à travers Dante et sa « Divine Comédie ». J’ai ri de l’insolence de Sade quant à sa « Philosophie dans le boudoir »… Mon voisin de table aussi d’ailleurs. J’ai envié Sugar, la prostituée londonienne pour sa culture et son intelligence dans « La Rose pourpre et le Lys ». J’ai pris en pleine gueule les traumatismes du viol grâce à « La nostalgie de l’ange » et « Lucky » d’Alice Shebold, elle-même victime. Et j’ai suivi la mutation de leur amitié en amour, leurs silences entendus, sur fond de meurtres en série, cannibales ou rituels, dans la trilogie de Maxime Chattam.

Ils m’ont accompagné toute ma jeune vie. Dans les bons et les mauvais moments. Leur grain, leur odeur, leur bruit. A chacun d’eux je peux associer une anecdote, un passage de mon existence, une émotion. Et dieu sais si j’en ai eu entre les mains. Je ne les ai pas compté. J’ai cessé à 300 en fait. C’est une véritable histoire d’amour entre nous. Je les aime et ils me le rendent bien. En me permettant de fuir quelques instants.

Oui, nombreux sont ceux qui ont croisé ma route…

Mais vous voulez que je vous dise duquel d’entre eux je n’oublierai jamais aucun chapitre ? Celui qui m’a tenu éveillée les longues nuits d’angoisse passées au chevet de mon père. Les dernières. Les plus dures… « Le lit d’Aliénor » de Mireille Calmel. J’ai encore dans la tête le son de la vieille machine à écrire fictive qui imprimait en rythme, les mots dans mon cerveau… Clap-clap-clap…

Alors quand je lis ça… ça me donne envie de gerber.

Désolé Vinz pour le plagiat de post, mais je ne pouvais pas ne pas en parler.

edit/@/ je suis tellement sous le choc que j’en ai fait mon premier article sur Ladies Room… Et devinez quoi… Il est à la Une aujourd’hui. Et ouais.

3 décembre 2007

The one with bats inside her head

Publié par tinylizzie dans Quand Lizzie pense...

Le Cold Case de ce soir se déroule pendant les années 30. J’ai le rêve lointain de mes cheveux crantés, de ces fauteuils en cuir rouge… Un air de Duke Ellington ou d’Ella Fidzgerald qui résonne dans ma tête pendant que je recharge nonchalamment mon porte-cigarette, et qu’on me sert un autre whisky payé au prix d’une vie ou home-made, au choix. Que je peux aimer le Swing… Même aujourd’hui, dans les moments les plus difficiles, il me fait du bien. Les contrebasses et les trompettes me donnent envie de chanter, de danser sur les tables à New Orleans. Envie de liberté le temps d’une nuit de débauche, que j’aurais passé dans le sous-sol d’un immeuble pourri abritant des enfants d’esclaves affranchis.

Je n’ai pas envie de regarder le 3ème épisode. Je veux rester sur les dernières notes jazzy que j’ai entendu. En fait, j’ai la tête lourde, je devrais me reposer. Mais non, pas envie d’aller me coucher. Je sais que je vais encore mettre 2 heures à m’endormir. Que je vais encore penser à lui.

Il me manque. Pas l’ami, puisqu’il est toujours présent. L’autre.

Celui qui arrivait chez moi à 1h du mat’, qui savait comment me faire revivre après une journée épuisante et stressante, qui savait où aller, qui partageait mes fous rire après, qui me disait 12 fois qu’il partait et qui restait toujours 5 minutes de plus, parce qu’il finissait par céder à mes caprices.

Tout me manque. Ses bras. Sa peau. Son odeur. Tout. C’est insupportable.

J’ai beau vivre quelques bons moments, il reste là. En arrière-plan.

Putain, mais pourquoi j »arrive pas à penser à autre chose. A quelqu’un d’autre. Non, je n’ai pas envie d’aller me coucher. Parce que je sais qu’au moment où je vais fermer les yeux, je vais le voir lui, inscrire son sourire indélébile dans le fond de ma rétine. Puis en me posant pleins de questions à deux balles, je vais finir par sombrer dans les bras de Morphée. Et ne rouvrir mes yeux usés que le matin si j’ai eu de la chance, pour voir le sillon qui a creusé mes joues pendant de longues heures sans que je m’en aperçoive. Et la tâche humide et salée sur l’oreiller.

Là, ce soir, j’ai un bleu de chez bleu… 

2 décembre 2007

Lense Party #6

Bon bon bon… Là, tout de suite, j’ai juste envie de dire que j’ai grave la flemme d’écrire un post digne de ce nom, étant donné le fait que je me suis couchée encore très tard (ou tôt ce matin si tu veux), que par conséquent je me suis aussi levée tard, et qu’à l’heure actuelle, 18h24 donc, j’ai encore les yeux tous collés. Mais comme je te connais et que je sais que tu es chiant, note bien qu’exceptionnellement, et juste pour toi, je vais tacher de faire un effort. Note bien je te dis.

Alors, tu te doutes bien que je ne vais pas te servir le « par où commencer » habituel, même si je devrais rapport aux 3 derniers jours forts en rencontres et rebondissements, parce que ce serait con de ma part de ne pas commencer par le début. Bah ouais, vois comme je reste lucide et intelligente le dimanche-lendemain-de-fête !

Et le début, c’était jeudi soir. Rappelle-toi que quelques jours avant je te disais que j’irai à la lense party #6, soirée organisée à Paris, dans l’espace L.U.V par le staff de Lense. Pour te résumer un peu, Lense c’est un site créé et géré par des amoureux de la photo, pour les amoureux de la photo, et qui parle de photo tu devines bien… à la seule différence que par rapport aux autres sites du même acabit, ici le seul mot d’ordre : s’instruire et s’améliorer tout en ne se prenant pas au sérieux. Enfin pas trop quoi. Bref, en déconnant.

Donc, me voilà sortie du taf, en retard, comme pour ne pas changer quand je suis méga pressée, pour parcourir les 300 km qui me séparent de la soirée en question. Je galère un peu sur la route, et à 20h30, enfin, j’arrive dans le centre de Paris, devant chez Vinz et Alice, lecteurs assidus de mon blog que je rencontrais pour la première fois et qui ont eu la gentillesse de m’héberger. Vinz vient me chercher et hop, direction l’espace L.U.V…

Du monde. Plein de monde. Des membres de Lense, le staff de Lense et des appareils partout. J’arrive après la bataille mais j’ai ramené avec moi des munitions. Ce qui me permet de rencontrer Lâm et de me présenter. Le thème de la soirée étant l’Exposition sauvage, je m’empresse de donner les deux photos que j’ai apporté afin qu’elles soient affichées sur les écrans accrochés aux murs pour l’occasion. Je fais connaissance avec Alice, la moitié de Vinz, Fou de chocolat, Edwood, Maxpol, Jo…elle, une partie de Colorz et plein d’autres encore, dont malheureusement je ne me souviens plus du prénom ou pseudo, rapport aux whisky que je me suis enfilé et aux grand nombre de présents. La soirée suit son cours et je me décide à sortir mon appareil photo. 20 photos de merde, pas de flash correct et des programmes effacés… La fatigue, l’alcool et ma grosse envie de faire connaissance avec les gens auront raison de ma volonté photographique. Au diable la technique ce soir. On verra à la prochaine lense party. Je range et continue de parler. La soirée s’achève. On rentre. Et après un thé blanc; je m’endors en riant d’avoir cherché toute la soirée durant où Jean Laurent de Moodz et moi nous étions déjà croisés… D’ailleurs si t’as un flash-souvenir un jour, tu déconnes pas tu me le dis hein ? Parce que je ne vois toujours pas.

Le lendemain, je me réveille alors que mes hébergeurs sont déjà partis au boulot. Je me renseigne de savoir si mon déjeuner tient toujours. Je t’épargne l’épisode de « Lizzie voit sa voiture embarquée à la fourrière sous ses yeux » coz que je l’ai un petit peu mal vécu si t’imagines bien. Non ne te marres pas. Oui je t’accorde le fait que dans d’autres circonstances, ça aurait pu être drôle mais étant donné l’état précaire de mon compte en banque, là, d’un coup, ça l’est vachement moins. C’est donc en métro que je me rends à mon déj’. Rendez-vous à l’agence Heaven avec Sskizo, une autre bloggueuse que je suis depuis assez longtemps et qui fait partie de celles qui m’ont donné envie d’ouvrir mon blog à moi. On parle. 2h il me semble. D’elle. De moi. D’eux. Histoires similaires. Souffrances qui se ressemblent. Ce que j’en retiens c’est qu’elle est jolie, ouverte, adorable et lucide. Je suis heureuse de l’avoir rencontrée. En sortant de son taf, je croise Anne~H, rédactrice en chef de Ladies Room, dont je suis aussi membre sans avoir encore trouvé le temps d’y contribuer malgré mon désir d’écrire.

Enfin, après avoir récupéré ma voiture à la pré-fourrière des Halles, je m’en retourne dans ma campagne, non sans m’être délesté au préalable de 136 euros de frais et en prime, une belle prune de 35 euros à payer pour stationnement gênant. Je t’entends d’ici dire que j’avais qu’à prendre le train. Et je te dirai que oui, tu as parfaitement raison mais que là, vu que j’ai encore les boules, tu te tais un point c’est tout.

Ce que tu dois retenir de ce super méga trop vachement long post que j’ai mis 2 heures à écrire, c’est que :

  • la Lense Party c’était l’éclate totale, que j’ai hâte d’apprendre avec tout ce beau monde et que le compte-rendu de la soirée est
  • j’ai fait des photos merdiques mais qu’on s’en tape parce que si tu veux voir des tofs de la soirée faites par des gens doués, tu vas
  • si tu regardes bien les photos et les résumés fais sur les différentes pages des bloggueurs présents, tu verra ma tête de rousse, mon slim et mes bottes, ainsi que le tatouage que j’ai sur l’omoplate.
  • Vinz et Alice sont adorables et que j’ai hâte de les revoir
  • j’ai enfin testé leur baignoire
  • j’ai fait plein de rencontres sympa et aussi un mec bourré qui m’a sorti un truc du genre « hey, toi d’es la plus jjjjjjjjjj…..jjjjoli d’la zoirée ? » à qui j’avais envie de dire que « tu m’as vu quand t’as bu ? » mais qui m’a bien fait marré quand même
  • il faudrait effectivement mettre des badges à tout le monde, surtout quand il y a présence de boisson subversives
  • je ne me rappelle toujours pas où j’ai déjà vu JL
  • je suis contente d’avoir vu Nora derrière la Sskizo girl
  • la prochaine fois, je prendrai le train ou éviterai de garer ma voiture n’importe où (ta gueule j’ai dit, et si tu te marres, tu le fais en silence je te prie)
12345...18

julplemet |
Un nouveau départ |
Mes moments essentiels! |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Lotus le Fox-terrier
| Mon p'tit monde à moi
| Le blog des chats